Le Rêve

Le Rêve

Les articles sont rares en ce moment. Ce n’est pas que je fainéantise, au contraire ! Je suis très occupé. Bien sûr, je pense toujours à «la Trace». J’ai un peu de temps jusqu’en juillet prochain. Du coup, je réalise un décor de vitrine pour Thaïs, ma fille, qui essaie de vendre de beaux vêtements dans sa boutique. Ça me bouffe un temps ! Mais ça m’amuse beaucoup. Je tente une peinture en trois dimensions avec une interprétation libre du…

Lire la suite Lire la suite

La fin de saison

La fin de saison

Ça y est, le temps de la diffusion des spectacles de «La Trace» est fini. Les comédiens de retour à leurs occupations plus habituelles, les projecteurs démontés, les rallonges électriques rembobinées, les sonos rangées et les décors mis au sec. Trop dommage, nous y avons passé du si bon temps ! Les moments d’été sont passés, la fraîcheur va revenir et faire des représentations en extérieur si peu habillé deviendrait de l’héroïsme. Or ce qui compte avant tout, c’est le…

Lire la suite Lire la suite

VII – Chapitre septième : premier printemps

VII – Chapitre septième : premier printemps

Il avait été convenu que le convoi prenne ses quartiers de printemps dans un village de l’Aude. Pour accueillir le bébé que j’attendais d’une part et créer le spectacle de marionnettes d’autre part. Avec la complicité de mes cousins, nos attelages et le cheptel étaient attendus. – « Le parc est clôturé par un mur. Tu verras Solange, vous y serrez bien, et vous pourrez monter le chapiteau et travailler à votre spectacle. Les enfants pourront étudier. Les chevaux seront en…

Lire la suite Lire la suite

Le groupe électrogène

Le groupe électrogène

Voilà que le groupe électrogène commence à faire des siennes. Il fait des coupures de courant et a besoin d’être réamorcé en appuyant sur un petit bouton. Souvent il demande quarante appuis avant de redémarrer. Et en plein spectacle, dix minutes de noir avec le public en plein bois, j’ose imaginer ? Non ! En plus, on est jamais sûr que ça va repartir … Donc décision a été prise d’acquérir un autre groupe, d’occasion ça va de soi. Le…

Lire la suite Lire la suite

Homo sapiens, oui mais

Homo sapiens, oui mais

Me voilà bien embêté pour coller un titre à cette scène. En fait, pour l’élaboration, l’idée ne vient pas tout de suite, parfois même elle tarde. C’est plutôt l’oeil qui me guide ; en voyant un objet ou un ensemble, mes envies d’esthétique se mettent en route. En fouillant dans mon bric à brac, je trouve de quoi compléter -là un bout de tissus, là un petit moteur, de la peinture, de la lumière et parfois un achat irraisonnable ……

Lire la suite Lire la suite

Le sang des filles : démenti

Le sang des filles : démenti

J’ai revu Nathalie. Bien sûr comme d’habitude, on a plein de choses à se dire, raconter, mais comme elle est très occupée : son boulot, deux petites filles adorables, et tout et tout, il ne nous reste peu de temps en palabres. Elle a quand même pu me dire : ce n’est pas tout à fait ça que j’ai voulu exprimer. Mais plutôt le fait que Jésus a donné son sang pour le monde, c’est bien ; et toutes les…

Lire la suite Lire la suite

«la Trace» : origine

«la Trace» : origine

L’idée de «la Trace» est venue toute seule du fait qu’à notre arrivée sur ce terrain boisé, tout était impénétrable à cause de la tempête de 99 qui avait tout mis sens dessus dessous. Mais dans tout ce fatras d’épines, de bois couchés, de ronces, il y avait des traces faites par les animaux de la faune locale : sangliers, chevreuils, lapins, renard … Pour nous humains, ces passages étaient plutôt ténus. Il a fallu les élargir ; des traces…

Lire la suite Lire la suite

Chapitre cinquième : une première

Chapitre cinquième : une première

A Noël, les filles Aglaé et Thaïs sont parties en Alsace pour les fêtes pendant une semaine. Nous avions installé les roulottes dans un champ avec l’autorisation de la mairie et d’un agriculteur pour les chevaux. Nous étions tous les quatre, Igor, Sariha, Gérard et moi dans les roulottes. Gérard m’avait demandé de l’accompagner à Valence pour aller jouer de l’orgue de barbarie. C’était le 24 décembre. J’étais complètement paniquée. Jouer de l’orgue de barbarie c’était dans mon esprit demander…

Lire la suite Lire la suite

La place

La place

Il y a un lieu sur «la trace» qui a le privilège d’avoir de l’espace. C’est en fait une clairière . Sur cet endroit que nous appelons la place, plusieurs scènes sont installées et le public peut aller de l’une à l’autre, profiter de l’ambiance féérique qui y règne, s’attarder, bavarder avec d’autres spectateurs, flâner pendant un temps avant de poursuivre le chemin qui va le mener jusqu’au salon de thé où finalement tous les comédiens se rendront aussi après…

Lire la suite Lire la suite

Le sang des filles

Le sang des filles

Il y a quelques temps, Nathalie est venue me trouver et m’a dit -« tu sais, l’année prochaine dans la Trace, je voudrais être crucifiée » – ???. Parfois, mes amis et conjointe trouvent que j’y vais un peu fort, mais là ! -« Tu comprends, on a crucifié dans le temps un homme pour sauver le monde. Pourquoi c’était pas une femme ? Je voudrais mettre l’accent là-dessus » (il faut dire que Nathalie est une ardente militante du…

Lire la suite Lire la suite